Accéder au contenu principal

Articles

Trouble du sommeil, insomnie, cauchemar...

Articles récents

La peur de l'échec et l'hypnose

Si on refuse l'échec, on refuse d'avancer , de dépasser nos peurs pour nous amener vers certains challenges, des rencontres, de nouvelles opportunités professionnelles, un épanouissement...  c'est ce à quoi se confronte les personnes souffrant de la peur de l'échec ou a tychiphobie ou encore kakorrhaphiophobie.  Cette peur touche en général la vie personnelle et professionnelle. Dans de rares cas, elle peut être présente seulement dans un domaine ou une situation.  La crainte d’échouer est un ressenti normal pour tous mais pour certains d'entre nous, elle devient complètement paralysante et se transforme en phobie . Cette vidéo de l'émission "Et tout le monde s'en fout" résume avec humour la peur de l'échec : ici Beaucoup de gens sont confrontés à cette peur, mais pas dans les mêmes proportions en fonction d'où on vit. Aux Etats-Unis ou au Japon, l'échec est vu comme un passage presque obligé pour réussir : si on a jam

Quand le déni de nos émotions nous porte préjudice

En occident, l'idée que "l’esprit" est séparé du corps et ne l’influence pas est couramment admise. Nous estimons que les symptômes psychologiques n'ont pas d'impact sur le corps, considérant que les deux parties sont séparées. Le principe que tout est dans notre esprit et qu'il suffit de le contrôler , de dissimuler , de cacher au mieux de l'extérieur. Que ce soit des ressentis, des émotions, des croyances... Nous continuons ainsi notre vie comme si de rien n'était, en se mentant à soi même et aux autres. On laisse les jours, les semaines passés... en espérant que ça se calme, que ça disparaisse tout seul. Or, seulement, ce que nous rejetons , nous refusons, nous ne le dépassons pas. Les symptômes ne disparaissent pas. Nous évitons soigneusement de les voir et continuons de vivre comme si tout était ok. En ayant consciencieusement enfouit tout ça à l'intérieur de soi, la vie se poursuit jusqu'au jour où un déclencheur réveille

La crise d’angoisse

L' attaque de panique , l' angoisse ou la crise d'angoisse viennent définir la même chose : un malaise psychique lié à de l’inquiétude extrême, la peur d'un danger proche combiné à un sentiment d’impuissance. C'est un signal d'alarme . Mais par rapport à quoi ? La réponse n'est pas  toujours si évidente que cela. A ne pas confondre avec le stress, l'anxiété, le trouble anxieux, pour plus d'informations sur les différences, veuillez trouver l'article détaillé via ce lien : stress, anxiété, trouble anxieux Elle peut être une réaction à une peur importante ou bien "dans une période chargée émotionnellement ". Il peut s’agir  d’un mal-être, de  questionnements qui ne trouvent pas de réponses, ça peut être par rapport à l'avenir, à une rupture, à un licenciement, à  un changement de lieu de vie, de travail,  etc… il peut s'agir également d'une  accumulation d'émotions négatives et la dernière qui arrive, celle de tro

Les problèmes de peau

La peau est au contact de tout et est utilisée en continu dans notre vie quotidienne. Elle ressent tout, absorbe tout et capte tout afin d'informer notre cerveau. Elle est aussi bien l'enveloppe protectrice du corps que l'organe du sens et du toucher. C'est une barrière qui permet  de protéger et préserver l'organisme : elle protège des infections, des blessures, des rayons solaires...  Elle permet de savoir s'il y a un danger : lorsqu'on met la main sur une plaque brûlante, le message est envoyé directement à notre cerveau pour annoncer une douleur, signe de douleur et ainsi retirer rapidement notre main. Mais, elle permet aussi de recevoir les signes de tendresse ou encore de la douceur... c'est pourquoi beaucoup de personnes sont adeptes des massages car notre peau préfère les caresses.   Les découvertes sur les liens entre la peau et le cerveau sont récentes et les recherches sur le sujet se font au sein d’une même discipline : la neuro-endocrino

Se débarrasser de la procrastination avec l'hypnose

Certaines études mettent en avant des estimations où la procrastination toucherait un cinquième des adultes et la moitié de tous les élèves.  Ces comportements peuvent avoir des impacts négatifs comme de forts sentiments d’ inquiétude et de culpabilité. Pour les personnes concernées, la procrastination devient un système autodestructeur marqué par des avantages à court terme, mais des conséquences désastreuses à long terme. Procrastination quand tu nous tiens ! Submerger, je fuis Nous pouvons avoir le sentiment d’être submergé par nos responsabilités au quotidien. Nous arrivons à nous auto convaincre que parmi toutes les choses d'une grande importance à réaliser, tout peut être fait plus tard. La plupart du temps, nous arrivons à nous convaincre parce que la montagne de choses à faire nous  paraît   insurmontable ou que nous nous mettons trop de pression par rapport à la réussite de ce qu'on doit faire. Ceci génère à un moment donné un stress auquel nous souhaitons échap

Peur de prendre la parole en public

74% de la population déclare avoir une angoisse à parler en public (National Institute of Mental Health). La peur de prendre la parole en public ou glossophobie est l’angoisse la plus partagée et peut dans certains cas devenir un réel handicap, et la source d'un fort stress  :  elle peut constituée  un obstacle à une promotion , au bon déroulement de la carrière professionnel ou des affaires . La majorité des personnes ont besoin de s'exprimer face à un public surtout dans l'univers professionnel : une réunion, présenter son travail, une conférence, une vidéo sur les réseaux sociaux... et p lus la personne a de responsabilités dans une organisation, plus elle a besoin de s’exprimer devant des groupes que se soit pour former, informer, convaincre, motiver ou encore négocier… Cela peut toucher aussi la sphère privée et empêcher par exemple la personne de s'exprimer dès qu'elle est dans un groupe ou qu'elle rencontre de nouvelles personnes. Avoir un peu peur est