Accéder au contenu principal

Phobie sociale ou la peur du jugement des autres

Le jugement des autres, cette peur puissante

Il serait bien illusoire de croire que nous pouvons nous détacher totalement de ce que les autres pensent de nous.
Nous vivons perpétuellement sous le regard des autres. Nous ne pouvons pas empêcher les gens de penser et ce qu’ils pensent de nous en particulier : prendre la parole face à un public, demander un renseignement à un inconnu, passer un entretien d'embauche … Dans ces situations de la vie quotidienne, ressentir une gêne ou une tension intérieure peut nous arriver à tous. Ce trac ou cette timidité n'est pas pathologique, elle est tout à fait normal. Mais lorsque l’appréhension se transforme en une peur panique et paralyse totalement dans les rapports aux autres personnes, on parle de phobie sociale. 4 à 5 % de la population serait touchée par la phobie sociale.
peur du jugement et hypnose, Laurie Le Borgès hypnotherapeute paris 10, hypnose paris 10

Les symptômes 

La phobie sociale se caractérise par une peur très élevée, excessive et durable du rapport aux autres. Le jugement de l'autre est redouté dans toutes les situations ou la personne est vue et/ou entendue. 
La personne concernée est tendue, stressée, incapable de se raisonner ou de relativiser. 
Une des caractéristiques de la phobie sociale est l'anticipation. La personne vit constamment dans l'anticipation des situations qu'elle redoute et les imagine les scénarios qui se passent mal. Cette anticipation négative fait que lorsqu’elle se retrouve dans la situation, elle peut être prise de crises de panique plus ou moins paralysantes :
- mains moites
- accélération du rythme cardiaque
- bouffée de chaleur, rougissements
- tremblements
- boule au ventre
- incapacité à trouver ses mots, à s'exprimer, perte de mémoire...

3 profils se dégagent:
- la peur du jugement des autres, de la critique qui est la plus courante. Le problème est avant tout le jugement de la personne en elle même. Manque de confiance, d'estime de soi, d'appréciation... 
- la peur de l'agressivité, de l'hostilité. Le problème vient plus du jugement que la personne se fait d'autrui, du regard qu'elle porte sur le monde. 
- la peur de l'intimité, du contact. 

La phobie ne touche pas forcément tous les aspects de la vie. Certaines concernent uniquement l'univers professionnel, où elles ne prennent pas ou peu la parole. 

On remarque une prédominance du constat de cette phobie au démarrage de la vie d'adulte : l'âge où la vie commence à etre construite, les examens, les études, le démarrage de la vie professionnelle avec les entretiens d'embauche, les cercles amicaux/collègues, la vie amoureuse...  La personne va alors éviter les situations sociales ou à les écourter le plus possible, ce qui ne favorise pas la confiance en soi, et engendre de l'isolement.

Les origines de la phobie sociale


Plusieurs facteurs interviennent dans la phobie sociale :
- la personnalité, le tempérament 
- les expériences 
- les évènements de la vie

Ce processus de détachement de cette phobie peut parfois paraitre difficile pour certains lorsqu'il y a eu un conditionnement dès le jeune âge à travers le regard de l’autre, à commencer par celui des parents. Et pour peu que nous ayons eu des parents perfectionnistes qui ne nous laissaient pas le droit à l’erreur, qui nous critiquaient sans cesse, qui ne faisaient pas de compliments... nous intériorisons cette « critique intérieure » comme étant une réalité.

Les personnes phobiques ont des caractéristiques communes comme le perfectionnisme, une forte exigence avec elle même, souvent associé à de la culpabilité, ou encore une inhibition

Quelques astuces pour apprendre à diminuer cette phobie du jugement

Certains exercices permettent d'apprendre à mieux gérer ses ressentis, à prendre plus de recul :
- faire la différence entre une critique sur une action, une pensée, une idée... et votre personne dans sa globalité. Une critique ne devrait pas remettre en cause qui vous êtes, mais juge à un instant t un élément précis.
- arrêter de juger soi-même les autres. Plus on juge soi même les autres, plus il est normal de se dire que les autres font de même. Beaucoup de choses que nous reprochons aux autres, nous les faisons aussi. 
- accepter que le jugement entraine des émotions désagréables telles que la culpabilité, la honte... Les émotions ne sont jamais figées et finissent toujours par repartir à condition qu'on les accepte. 

L'apport de l'hypnose par rapport au jugement des autres

Lorsque nous avons intériorisé cette peur du jugement des autres, il est parfois très compliqué de l'éliminer seul. L'hypnose apporte une solution en apprenant à retrouver de l'estime de soi, de la confiance en soi... pour contrer les effets néfastes de la phobie et (re)trouver une vie agréable.

C'est avec plaisir d'échanger si vous avez la moindre question. Retrouvez toutes les informations sur l'hypnose ainsi que mes coordonnées sur www.hypnose-paris-10.com

Bien à vous,

Laurie Le Borgès
Hypnose Paris 10



Bibliographie
- Psychologies lien
- Penser et agir lien 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Gérer ses émotions - Episode 2

Gérer ses émotions n'est pas pour tous une tache aisée au quotidien. On peut avoir le sentiment d’être dans le flux continu du rythme de la vie, sans arriver à se poser, parfois emporté par le flux des émotions qui vont et viennent... colère, tristesse, peur, mais aussi de la joie ! :)  Petit rappel de l'épisode 1 sur la gestion des émotions  Vous avez pu voir dans le premier épisode de cette série d'articles consacrée à la gestion des émotions, comment repérer les émotions qui sont présentes et comment elles se manifestent dans votre corps (le lien de l'article : Gérer ses émotions - épisode 1 ).  Cette toute première étape qui est primordiale et permet d’arrêter de fuir ou de rejeter ces émotions (qui honnêtement si ça fonctionnait, ça se saurait ;)  Cette étape primordiale que nous avons précédemment vu est donc d'en prendre conscience et d'accepter la présence de nos ressentis et de nos émotions.  Sans ces éléments, il est souvent difficile

Gérer ses émotions - Episode 1

De quoi va t-on parler ? De nos émotions ! Nous sommes tous sujets à diverses émotions qui ponctuent notre quotidien. La plupart d'entre elles sont utiles et évoluent. Les périodes qui viennent de s'écouler n'ont pas forcément aider à ce que nos émotions soient agréables. Le confinement et le contexte incertain amplifient les désordres anxieux et peuvent provoquer des symptômes tels que de l'irritabilité, des insomnies, des difficultés de concentration, le sentiment d'indécision, la résignation… Chacun est confronté à de nombreuses sources de stress dans un contexte inconnu : la peur de l’infection pour soi même et ses proches, le manque d'informations claire et fiable associé à la désinformation, la frustration, l’ennui, la solitude… Et c’est normal !  Ne pas se sentir en pleine forme, ressentir des émotions désagréables, de l’anxiété, de l’impuissance, de la colère, de la tristesse... C'est normal. Nos habitudes, nos re

Gérer ses émotions - Episode 3

Maintenant, pour continuer ces épisodes sur la gestion des émotions (vous pouvez retrouver l'épisode précédent en suivant le lien suivant : Gérer ses émotions - Episode 2 ) nous allons aller plus loin. Le principe  est d’aller franchir un obstacle émotionnel, d’aller au delà d’une émotion qui peut être stressante, paralysante, envahissante… L’exercice va consister à changer une représentation mentale. Il va s’agir de modifier le VAKOG employé dans une représentation négative.  Alors qu’est-ce que le VAKOG ? Mot qu'on retrouve dans différentes disciplines : les hypno, les PNListes, les coachs… pour désigner nos 5 sens : Visuel, Auditif, Kinesthésique, Olfactif et Gustatif. Le kinesthésique désigne tout ce que vous ressentez émotionnellement et physiquement, notamment par le toucher. Cet exercice consiste à travailler sur vos sens à travers quelque chose d’agréable dans laquelle on va pouvoir récupérer tous les critères qui font que c’est agréable qu’on va pouv