Accéder au contenu principal

Le syndrome de l'imposteur

Mis en lumière dans les années 80 aux Etats-Unis, le syndrome de l'imposteur touche certaines personnes qui réussissent dans leur vie mais ne se considèrent pas le mérité. Pour eux, cette réussite ne vient pas d'eux, c'est un hasard, un malentendu, c'est même le résultat d'une forme de tromperie vis-à-vis des autres qu'ils pensent avoir réussi à mettre en place. 

Les gens qui se sentent imposteurs ont énormément de mal à s'approprier leur propre réussite explique Valerie Young, l'auteur de The Secret Thoughts of Successful Women
Ils minimisent leur succès et les expriment  sous forme de "c'est un coup de chance" ou "j'ai eu beaucoup d'aide". En raison de ces ressentis, ils ont peur d'être démasqués. Ils ressentent un doute maladif et refuse d'accepter la responsabilité de ce qu'ils réussissent.

syndrome de l'imposteur et hypnose, Laurie Le Borgès, hypnotherapeute Paris 10, hypnose paris 10



Les personnes concernées ont la sensation de tromper leur entourage. Elles estiment ainsi que si elles réussissent, ce n'est pas en raison de leurs efforts, de leurs propres qualités, de leurs investissements.

60 à 70 % de la population mondiale aurait souffert au moins une fois de ce ressenti d'imposture. Les hommes comme les femmes peuvent le subir, peu importe la catégorie socio-professionnelle à laquelle ils appartiennent. Ce syndrome est souvent conditionné à la place occupée au sein de la société. Les responsabilités engendrées par la position sont source de déclencheur du syndrome. En général, il touche ainsi plus le domaine professionnel mais il s'avère qu'il peut toucher également le domaine privé : en amour, en amitié, en famille... 

Les personnes autodidactes et/ou n'ayant pas de diplôme sont souvent plus enclines à souffrir de ce syndrome, ne pensant ne pas mérité car n'ayant pas suivi les normes de la société concernant le cursus "classique".

Les symptômes

Le syndrome de l'imposteur se base sur des croyances limitantes, induisant des ressentis désagréables, des pensées contraignantes et empêchant l'épanouissement. Plusieurs éléments permettent de reconnaître le syndrome de l'imposteur :
- une faible estime de soi
- un perfectionnisme vis-à-vis de soi-même, qui pousse à douter tout le temps de soi et de ses compétences. Ce perfectionnisme provoque un surinvestissement, une dépense d'énergie trop élevée par rapport à la tâche accomplir. Lorsque la personne réussit, elle l'attribue à une grande quantité de travail et non à ses compétences réelles.
- une attribution externe à chaque réussite, élément positif dans la vie ressemblant à de modestie à outrance, tout en ramenant à quelque chose de banal: "C'était un coup de bol", "c'était facile", "j'ai pas fait grand chose"...
- une fuite des situations où elle serait au centre de l'attention par peur que son imposture soit dévoilée. La personne peut s'auto saboter par des actes manqués volontaires ou involontaires tels que des retards, des absences... Par ces attitudes, elle empêche l'arrivé de compliments ou d'une reconnaissance pour s'éviter une situation inconfortable.

Dans des cas plus rares, il peut amener à des troubles anxieux, voir même jusqu'au burnout ou la dépression.

Les causes du syndrome de l'imposteur

A la base, il s'agit d'un manque d'estime de soi
La personne concernée a soit peur de l'échec ou soit peur de la réussite. Par conséquent, la personne va soit procrastiner à outrance ou alors au contraire, se préparer de manière excessive. Un fort besoin de reconnaissance est présent dans le syndrome de l'imposteur.

Si vous souhaitez aller plus loin, vous trouverez un article sur la peur de l'échec dans le lien suivant : ici

Les solutions possibles face à ce syndrome

Ce n'est pas une pathologie reconnue. Chaque personne peut trouver des ressources en lui pour continuer d'avancer et de se sentir différemment. Après, si cela s'avère être trop lourd à porter, que la vie au quotidien devient compliquée, notamment à travers des troubles anxieux, assez caractéristique des personnes souffrant du syndrome de l'imposteur, une aide extérieure peut aider :
- le psychologue
- le coaching
- la thérapie cognitivo-comportementale (TCC)
- l'hypnose

Pour aller plus loin, vous trouverez un article sur l'anxiété sur le lien suivant : ici

En quoi l'hypnose peut aider face au syndrome de l'imposteur ?

L'hypnose permet d'aller au delà de ces difficultés et de retrouver une estime de soi et une confiance saine en soi même
En apaisant les processus mentaux conscients, elle permet d'accéder plus facilement à l'inconscient, cette partie de nous-même que nous n'arrivons pas à maitriser en état conscient : nos émotions, certaines pensées, certains comportements.... L'état d'hypnose est un état de conscience modifiée où les choses sont perçues autrement, ce qui permet de changer les processus que l'on ne souhaite plus, pour apprendre à penser autrement, à se sentir autrement et donc à agir autrement.


C'est avec plaisir d'échanger si vous avez la moindre question. Retrouvez toutes les informations sur l'hypnose ainsi que mes coordonnées sur www.hypnose-paris-10.com

Bien à vous,

Laurie Le Borgès
Hypnose Paris 10

Bibligraphie
- Futura Sciences lien

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Gérer ses émotions - Episode 2

Gérer ses émotions n'est pas pour tous une tache aisée au quotidien. On peut avoir le sentiment d’être dans le flux continu du rythme de la vie, sans arriver à se poser, parfois emporté par le flux des émotions qui vont et viennent... colère, tristesse, peur, mais aussi de la joie ! :)  Petit rappel de l'épisode 1 sur la gestion des émotions  Vous avez pu voir dans le premier épisode de cette série d'articles consacrée à la gestion des émotions, comment repérer les émotions qui sont présentes et comment elles se manifestent dans votre corps (le lien de l'article : Gérer ses émotions - épisode 1 ).  Cette toute première étape qui est primordiale et permet d’arrêter de fuir ou de rejeter ces émotions (qui honnêtement si ça fonctionnait, ça se saurait ;)  Cette étape primordiale que nous avons précédemment vu est donc d'en prendre conscience et d'accepter la présence de nos ressentis et de nos émotions.  Sans ces éléments, il est souvent difficile

Différence entre séance d'hypnose en ligne et séance au cabinet

Vous êtes bloqué à la maison ? Vous habitez loin du cabinet ? Vous êtes  géographiquement isolé, sans praticien d'hypnose à proximité ou vivez à l'étranger ? Vous avez des problèmes physiques ne vous permettant pas de vous déplacer facilement ? Vous  êtes inquiet de faire une  première séance d'hypnose ? Vous  êtes  réservé ? Vous êtes agoraphobe ? Les séances d'hypnothérapie en ligne sont plus utilisés qu'il n'y parait,  pour différentes raisons  et fonctionnent tout aussi bien. Une séance d'hypnose en ligne se déroule de la même façon qu’une séance au cabinet en présence physique. La différence est que vous n’êtes pas au cabinet mais installé(e) confortablement chez vous .  La rencontre va s’établir selon les mêmes critères et avec les mêmes objectifs. L'usage des séances en ligne peut se faire uniquement en vidéo tout le long de l'accompagnement, ou peut être utilisé occasionnellement entre 2 séances au cabinet. Est-ce que ce

Gérer ses émotions - Episode 1

De quoi va t-on parler ? De nos émotions ! Nous sommes tous sujets à diverses émotions qui ponctuent notre quotidien. La plupart d'entre elles sont utiles et évoluent. Les périodes qui viennent de s'écouler n'ont pas forcément aider à ce que nos émotions soient agréables. Le confinement et le contexte incertain amplifient les désordres anxieux et peuvent provoquer des symptômes tels que de l'irritabilité, des insomnies, des difficultés de concentration, le sentiment d'indécision, la résignation… Chacun est confronté à de nombreuses sources de stress dans un contexte inconnu : la peur de l’infection pour soi même et ses proches, le manque d'informations claire et fiable associé à la désinformation, la frustration, l’ennui, la solitude… Et c’est normal !  Ne pas se sentir en pleine forme, ressentir des émotions désagréables, de l’anxiété, de l’impuissance, de la colère, de la tristesse... C'est normal. Nos habitudes, nos re