Accéder au contenu principal

Accepter le départ de la maison des enfants

Accepter le départ de la maison des enfants

Arrive un moment dans la vie de parents, où les enfants partent du foyer familial. Une étape vécue comme une transition majeure et parfois difficilement accepter. Cet événement peut être perçu comme un traumatisme pour certains. 

Les conséquences négatives pour certains

Pour certain parent, dès que les enfants ont franchi le seuil de la maison, le sentiment de délivrance les accompagne. Tel ce fameux film Tanguy, c'est la liberté ! 
Ce qui n'est pas le cas de tous les parents. Pour d'autres, s'installe alors une forme d'anxiété, de mal-être voire de dépression, accompagnés de différentes émotions qui varient d'une personne à l'autre : sentiment d’abandon, de vide, d'ennui, de colère... 
Un mal-être qui s'articule plus ou moins entre l'angoisse de laisser leurs grands enfants livrer à eux-mêmes dans un monde incertain et la peur d'être avec soi-même et parfois, avec le conjoint uniquement. Les modes de vie, les rythmes de vie changent, de nouvelles habitudes sont à prendre. C'est tout un modèle de vie qui se transforme et évolue vers autre chose.
La question qui se pose aussi : quoi faire du temps que je consacrais auparavant aux enfants ? Ce temps qui se libère. La liberté est souvent souhaité, désiré par beaucoup mais elle implique également des remises en question, des prises de décision, qui ne sont pas toujours si évidentes de prime abord.  

accepter le départ de la maison des enfants avec l'hypnose, Laurie Le Borgès hypnotherapeute Paris 10, hypnose paris 10

Le départ des enfants : un processus

Le départ des enfants du foyer familial est comme un deuil à faire, une page se tourne pour en ouvrir une autre. Encore faut-il accepter de tourner la page : c'est la fin des sorties familiales, des repas quotidiens ensemble, des éclats de rire, des conversations au détour d'une porte, des démonstrations affectueuses... au quotidien. Mais, c'est aussi la fin des engueulades parce que le lave vaisselle n'a pas été vidé (quoique le conjoint n'est pas parti ;), des sautes d'humeur, de la musique qui hurle, des claquements de portes, des "corvées de taxis"... Quand un évènement se produit, on a parfois tendance à voir que l'aspect désagréable, sans s'apercevoir qu'il ouvre également quelques portes sur autre chose. 

Le départ des enfants de la maison est un changement de vie qui peut être préparé en avance ou travailler après le départ des enfants.

Il y'a un temps d'adaptation, plus ou moins long en fonction de chacun. 
Passé cette phase d'adaptation, la majorité des parents s'adaptent, et sont même soulagés, libérés. C'est la sensation de la mission accomplie, d'avoir pendant toutes ces années contribuer à rendre leur enfants de plus en plus autonomes.

Il est important de bien accomplir ce processus, d'accepter les différentes phases du changement pour prendre en main sa nouvelle vie. 
Sinon, les conséquences peuvent être néfastes aussi bien sur le moral des parents que des enfants. 
Pour les parents qui n'acceptent pas, ils peuvent souffrir de leurs émotions : de leur colère, de leurs ruminations, d'un sentiment de solitude... qui deviennent une véritable souffrance. Cette souffrance peut être lourde à porter pour soi, pour le conjoint, et pour les enfants également. 
En effet, certains parents rejettent la faute sur leurs enfants et les font sentir coupables. Cette faute rejetée est souvent beaucoup plus ressentie par le dernier ou la dernière qui part de la maison. Ils peuvent ressentir qu'ils subissent des reproches, des leçons de moral, des regards désapprobateurs, la responsabilité du mal-être de leurs parents..., poids qui est lourd à porter et à gérer d'autant qu'ils ont en même temps une nouvelle vie à construire, avec parfois déjà une appréhension de l'inconnu. Ils ne se sentent alors pas soutenus dans cette étape de vie cruciale et peuvent mal le vivre.

Ce temps d'adaptation vient jouer sur un autre facteur : la relation de couple. Un enjeu très important, puisque de nombreuses années se sont écoulées sans que le couple n'ai été en tête à tête au quotidien. Des questions se posent parfois à ce moment de transition de vie. 

L'hypnose : une solution pour accepter les changements de vie

Après avoir passé le temps d'adaptation et quand vous êtes prêt, l’hypnose peut vous aider à dépasser la souffrance du départ, apprendre à faire le deuil pour réapprendre à vivre pour vous : réapprendre à s'écouter, à écouter ses besoins, ses envies.  Si besoin, l'hypnose peut vous aider aussi à réapprendre à vivre avec votre conjoint si vous avez encore de la route à faire ensemble ou peut vous aider à faire le deuil de cette relation si un nouveau départ est envisagé. 
Il s'agit avant tout de retrouver confiance en vous pour surmonter cette étape et retrouver du plaisir au quotidien dans la vie

A savoir aussi que le départ des enfants du domicile familial peut aussi être mal vécu par les enfants eux même. Entre volonté d'indépendance et de liberté mais aussi d’acceptation du changement et d'un éventuel sentiment de solitude.

C'est avec plaisir d'échanger si vous avez la moindre question. Retrouvez toutes les informations sur l'hypnose ainsi que mes coordonnées sur www.hypnose-paris-10.com

Bien à vous,
Laurie Le Borgès
Hypnose Paris 10



Bibliographie 
- Psychologies lien
- Le Parisien lien

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Gérer ses émotions - Episode 2

Gérer ses émotions n'est pas pour tous une tache aisée au quotidien. On peut avoir le sentiment d’être dans le flux continu du rythme de la vie, sans arriver à se poser, parfois emporté par le flux des émotions qui vont et viennent... colère, tristesse, peur, mais aussi de la joie ! :)  Petit rappel de l'épisode 1 sur la gestion des émotions  Vous avez pu voir dans le premier épisode de cette série d'articles consacrée à la gestion des émotions, comment repérer les émotions qui sont présentes et comment elles se manifestent dans votre corps (le lien de l'article : Gérer ses émotions - épisode 1 ).  Cette toute première étape qui est primordiale et permet d’arrêter de fuir ou de rejeter ces émotions (qui honnêtement si ça fonctionnait, ça se saurait ;)  Cette étape primordiale que nous avons précédemment vu est donc d'en prendre conscience et d'accepter la présence de nos ressentis et de nos émotions.  Sans ces éléments, il est souvent difficile

Gérer ses émotions - Episode 1

De quoi va t-on parler ? De nos émotions ! Nous sommes tous sujets à diverses émotions qui ponctuent notre quotidien. La plupart d'entre elles sont utiles et évoluent. Les périodes qui viennent de s'écouler n'ont pas forcément aider à ce que nos émotions soient agréables. Le confinement et le contexte incertain amplifient les désordres anxieux et peuvent provoquer des symptômes tels que de l'irritabilité, des insomnies, des difficultés de concentration, le sentiment d'indécision, la résignation… Chacun est confronté à de nombreuses sources de stress dans un contexte inconnu : la peur de l’infection pour soi même et ses proches, le manque d'informations claire et fiable associé à la désinformation, la frustration, l’ennui, la solitude… Et c’est normal !  Ne pas se sentir en pleine forme, ressentir des émotions désagréables, de l’anxiété, de l’impuissance, de la colère, de la tristesse... C'est normal. Nos habitudes, nos re

Gérer ses émotions - Episode 3

Maintenant, pour continuer ces épisodes sur la gestion des émotions (vous pouvez retrouver l'épisode précédent en suivant le lien suivant : Gérer ses émotions - Episode 2 ) nous allons aller plus loin. Le principe  est d’aller franchir un obstacle émotionnel, d’aller au delà d’une émotion qui peut être stressante, paralysante, envahissante… L’exercice va consister à changer une représentation mentale. Il va s’agir de modifier le VAKOG employé dans une représentation négative.  Alors qu’est-ce que le VAKOG ? Mot qu'on retrouve dans différentes disciplines : les hypno, les PNListes, les coachs… pour désigner nos 5 sens : Visuel, Auditif, Kinesthésique, Olfactif et Gustatif. Le kinesthésique désigne tout ce que vous ressentez émotionnellement et physiquement, notamment par le toucher. Cet exercice consiste à travailler sur vos sens à travers quelque chose d’agréable dans laquelle on va pouvoir récupérer tous les critères qui font que c’est agréable qu’on va pouv