Accéder au contenu principal

Faire le deuil avec l'hypnose

Apprendre à faire le deuil

Toute disparition nécessite de faire son deuil, aussi bien pour un décès que pour une relation, une situation… et celui-ci se fait plus ou moins bien en fonction de notre état d'esprit du moment... suite à cette perte, le sentiment de vide, parfois d'abandon peut être très présent.
Le deuil est une expérience quasi universelle, à laquelle ou on est pratiquement tous confrontés un jour ou l'autre, même plusieurs fois. La perte d'un ami(e), du conjoint, mais aussi le deuil d'une relation amoureuse, d'une situation professionnelle, du départ de la vie active... (si vous souhaitez aller plus loin sur le sujet, vous trouverez un article dans le lien suivant : ici). 
deuil hypnose Laurie Le Borgès, hypnotherapeute Paris 10, hypnose Paris 10

Les étapes du deuil "normal"

La durée d'un deuil est propre à chacun. Cependant, on estime qu'au bout d'une année, en général le deuil est fait. En général, trois phases se distinguent :

1. L'étape du choc 
Cette étape est caractérisée par l'impact du choc émotionnel. La personne fait face à la stupéfaction, l'incrédulité, associé à une forme de déni. La personne peut se mettre à agir de manière automatique, dans un état de torpeur, d'engourdissement. En général, cette période dure quelques heures à quelques jours, voire plus d'une semaine. 

2. La phase de dépression ou  de repli
Cette phase est souvent définie par :
- un état émotionnel intense, avec un mélange émotionnel comme de la tristesse, de la culpabilité, de l'irritabilité, des insomnies, un sentiment de vide, de fatigue. Dans des cas plus rares, le vide est comblé par un coté boulimique ou au contraire, par de l'anorexie. Certaines personnes sont en colère vis-à-vis de la personne perdue, colère d'avoir été abandonné ou de na pas avoir fait/dit tout ce qu'il fallait. 

-  un repli social. La personne se désinvestit de ses activités habituelles, professionnelles, sociales et personnelles.

-  parfois, la personne peut s'identifier à ce qui la personne perdue :  imitation de ses manières de faire, d'être, de ses habitudes... La personne peut développer des hallucinations : impression d'entendre la voix ou le pas de la personne disparue, de sentir sa présence, de l'entrapercevoir, etc... La personne est consciente que ce n'est pas réel.

La majorité du temps, cette période est inférieure à 6 mois, mais elle peut aller jusqu'à un an. 

3. La fin du deuil 
Cette phase se caractérise par l'acceptation de la perte, la personne peut y penser sans en souffrir excessivement. Elle a conscience d'avoir fait son deuil. 
Elle retrouve un intérêt pour ses activités habituelles ou au contraire, repart d'un nouveau point de départ pour se recréer une nouvelle vie : nouveaux projets, nouvelles relations...
Elle se sent mieux physiquement et psychiquement.


Reconnaître un deuil absent ou retardé

Un deuil compliqué se caractérise de différentes manières :

- La personne n'exprime aucune réaction de tristesse à la suite de la perte. Elle continue de vivre sa vie "normalement". A faire attention, il se peut que la personne ai déjà fait son deuil auparavant, ce qui arrive assez régulièrement quand par exemple, il s'agit de la perte d'une personne suite à une longue maladie, où le deuil a été fait pendant le processus, la personne savait déjà qu'elle allait perdre l'être cher. Si ce n'est pas dans cette situation, il se peut que la personne soit dans un déni inconscient ( parfois conscient aussi) de la réalité de la perte. Ceci permet de rejeter la souffrance que la personne ne veut pas vivre. 

- Lorsqu'à l'inverse, les réactions sont excessives, la personne se retrouve submergée par la force de ses émotions

- Le deuil est inachevé se caractérise par :

- les manifestations émotionnelles du deuil telles que le chagrin, la tristesse excessive, un coté amorphe... continuent au delà de la période habituelle, après un an. Il peut alors s'agir d'un trouble dépressif du à un deuil pathologique.

- parfois, la personne reste repliée sur elle-même et évite au maximum les contacts extérieurs, sociaux, affectifs. Elle peut vivre dans le passé, dans la pensée de la perte du disparu ou de l'ancienne relation. Ce deuil inachevé peut durer des années et même réapparaitre plus tard par des débordements émotionnels à certaines occasions (anniversaire, fête de famille...). La personne peut également avoir enfouie sa douleur, mais celle-ci reste présente dans sa vie : désintérêt, manque d'envie, temps passé au lit très important... Des troubles de l'humeur ou un trouble anxieux peuvent apparaitre.


Le deuil pathologique  

Certains troubles psychiatriques peuvent apparaitre durant l'année qui suit le décès et correspondent à un deuil pathologique. Il peut toucher les personnes ayant déjà des troubles psychiatriques mais pas forcément.


Dans de plus rares cas, on retrouve aussi des deuils hystériques, des manies de deuil, des deuils délirants, des deuils obsessionnels. L'aide d'un psychiatre devient nécessaire pour ce type de deuil.

Naturellement ou accompagné(e)

Naturellement, le cerveau accompli le travail de deuil entre 6 mois et 1 an en moyenne. Si après plus de 6 mois, la peine reste très forte, si les pensées tournent en boucle ou si certains symptômes apparaissent tels que l'anxiété, des crises d’angoisse,..., avoir un accompagnement par une aide extérieure peut apporter un réel soulagement. 

A quoi sert l'hypnose dans un deuil ?

L'hypnose permet de soulager, de calmer les émotions débordantes, pour peu à peu accepter la disparition et faire le travail de deuil. Exception faite du deuil pathologique  il est important d'aller consulter un psychiatre.

C'est avec plaisir d'échanger si vous avez la moindre question. Retrouvez toutes les informations sur l'hypnose ainsi que mes coordonnées sur www.hypnose-paris-10.com

Bien à vous,
Laurie Le Borgès
Hypnose Paris 10



Bibliographie
-. Annuaire-hypnothérapie lien
- Psychologies lien

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Gérer ses émotions - Episode 2

Gérer ses émotions n'est pas pour tous une tache aisée au quotidien. On peut avoir le sentiment d’être dans le flux continu du rythme de la vie, sans arriver à se poser, parfois emporté par le flux des émotions qui vont et viennent... colère, tristesse, peur, mais aussi de la joie ! :)  Petit rappel de l'épisode 1 sur la gestion des émotions  Vous avez pu voir dans le premier épisode de cette série d'articles consacrée à la gestion des émotions, comment repérer les émotions qui sont présentes et comment elles se manifestent dans votre corps (le lien de l'article : Gérer ses émotions - épisode 1 ).  Cette toute première étape qui est primordiale et permet d’arrêter de fuir ou de rejeter ces émotions (qui honnêtement si ça fonctionnait, ça se saurait ;)  Cette étape primordiale que nous avons précédemment vu est donc d'en prendre conscience et d'accepter la présence de nos ressentis et de nos émotions.  Sans ces éléments, il est souvent difficile

Différence entre séance d'hypnose en ligne et séance au cabinet

Vous êtes bloqué à la maison ? Vous habitez loin du cabinet ? Vous êtes  géographiquement isolé, sans praticien d'hypnose à proximité ou vivez à l'étranger ? Vous avez des problèmes physiques ne vous permettant pas de vous déplacer facilement ? Vous  êtes inquiet de faire une  première séance d'hypnose ? Vous  êtes  réservé ? Vous êtes agoraphobe ? Les séances d'hypnothérapie en ligne sont plus utilisés qu'il n'y parait,  pour différentes raisons  et fonctionnent tout aussi bien. Une séance d'hypnose en ligne se déroule de la même façon qu’une séance au cabinet en présence physique. La différence est que vous n’êtes pas au cabinet mais installé(e) confortablement chez vous .  La rencontre va s’établir selon les mêmes critères et avec les mêmes objectifs. L'usage des séances en ligne peut se faire uniquement en vidéo tout le long de l'accompagnement, ou peut être utilisé occasionnellement entre 2 séances au cabinet. Est-ce que ce

Gérer ses émotions - Episode 1

De quoi va t-on parler ? De nos émotions ! Nous sommes tous sujets à diverses émotions qui ponctuent notre quotidien. La plupart d'entre elles sont utiles et évoluent. Les périodes qui viennent de s'écouler n'ont pas forcément aider à ce que nos émotions soient agréables. Le confinement et le contexte incertain amplifient les désordres anxieux et peuvent provoquer des symptômes tels que de l'irritabilité, des insomnies, des difficultés de concentration, le sentiment d'indécision, la résignation… Chacun est confronté à de nombreuses sources de stress dans un contexte inconnu : la peur de l’infection pour soi même et ses proches, le manque d'informations claire et fiable associé à la désinformation, la frustration, l’ennui, la solitude… Et c’est normal !  Ne pas se sentir en pleine forme, ressentir des émotions désagréables, de l’anxiété, de l’impuissance, de la colère, de la tristesse... C'est normal. Nos habitudes, nos re