Accéder au contenu principal

Se remettre d'un abus sexuel avec l'aide de l'hypnose

Dans plus de 80% des cas, les abus sexuels sont commis par des proches ou des personnes connues. Ils sont présents dans toutes les catégories sociales et touchent principalement les enfants et les femmes.
se remettre d'un abus sexuel avec l'hypnose Laurie Le Borgès, hypnotherapeute Paris 10, hypnose paris 10

Quels actes sont concernés par l'abus sexuel ?

Différentes distinctions définissent l'abus sexuel (source Le Sénat) :
- les agressions sexuelles, qui supposent l'emploi de la violence, de la contrainte, de la menace ou de la surprise 
les atteintes sexuelles, qui sont exercées sur des mineurs, sans violence, contrainte, menace, ni surprise. On a inclus dans les atteintes sexuelles dont sont victimes les mineurs les exhibitions qui leur sont imposées
- le viol, tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu'il soit, commis sur la personne d'autrui par violence, contrainte, menace ou surprise.


Le regard porté sur le traumatisme sexuel

Lorsque l'abus arrive, l'enfant n'a pas forcément conscience de l'étendu de ce qui se passe. Il a tendance naturellement à considérer les paroles et actes des adultes comme légitime. Il est aussi apte à ressentir la malveillance d'un individu, il ne pourra simplement pas  comprendre ce qui se passe réellement.
Si l'enfant en est conscient, un dilemme apparaît souvent : que faire ? Dois-je en parler ? Si c'est au sein de la famille, un ami proche : quels vont être les impacts sur mes proches ? sur ma famille ? 
ou si l'agresseur a un pouvoir d'influence : est-ce qu'on va me croire ? que va t'il me faire en représailles si je le dénonce ?
La position est difficile à choisir. Cela peut engendrer de la culpabilité, que la décision d'en parler ai été prise ou pas. 
En plus de l’événement traumatique en lui même, la personne doit faire face au malaise du choix et de ces conséquences.
Ce dilemme peut se poser des années plus tard, lorsque la personne est restée silencieuse, souffre toujours du traumatisme et veut avancer. Elle peut hésiter sur la position à adopter.
Dans d'autres cas, le traumatisme va être refoulé et oublié consciemment. Il peut resurgir des années plus tard par flashback : des souvenirs réapparaissent.


Les conséquences et symptômes d'un abus

Au début, la personne peut sembler affronter la situation, y faire face. Elle est souvent persuadée de pouvoir s'en sortir seule. Puis, certains symptômes apparaissent :
- des cauchemars, des insomnies...
- le rappel de souvenirs traumatiques : des images, des odeurs, des bruits...
- le changement de l'état émotionnel général : stress, angoisse, anxiété, agressivité, voir dépression...
- la personne adopte des comportements d'évitement, de fuite ou au contraire d'hyper vigilance, qui peut aller jusqu'à la faire sursauter au moindre bruit, mouvement...


Les conséquences sont diverses et peuvent être nombreuses. 
En général, on retrouve un certain nombre de points communs :
- l'apprentissage scolaire et professionnel compliqué
- l'adaptation sociale difficile : isolement, agressivité, méfiance, repli par peur d’être de nouveau manipulé(e), trahi(e), utilisé(e)... Ces personnes peuvent paraître froides, distantes, insensibles, frigides... Elles se surprotègent vis-à-vis de l'extérieur. Cela se manifeste d'autant plus vis-à-vis des personnes du même sexe que l'agresseur. Ceci amène à un sentiment d'insécurité et de solitude.
- une vie sexuelle difficile : douleurs physiques pendant l'acte, absence de libido, de plaisir ou à l'inverse, une hyper sexualité...
- une dissociation du corps : la personne fuit la réalité et se réfugie dans son imaginaire pour oublier le souvenir douloureux. Sur du plus long terme, cela provoque des difficultés à être à l'écoute de soi même, de ses envies, de ses besoins.
- La personne éprouve souvent de la culpabilité, de la honte, du dégoût pour elle même, pour sa sexualité.

Ces conséquences ont des répercussions sur le développement de la personnalité, de l'épanouissement général de la personne.


Le déni ou la minimisation des faits

Pour se protéger, la personne peut entrer dans un processus de déni ou de minimisation de l’événement. Seulement, une partie de nous même, notre partie inconsciente nous rappelle l'importance et l'impact de ce traumatisme qui se manifeste à travers nos ressentis, nos émotions, nos comportements. 


Le déni de l'entourage

Si les personnes qui ont subi un traumatisme sexuel en parlent à leurs proches, elles peuvent parfois être confrontées au déni de l'entourage, à leur malaise profond, voir à leurs propres souvenirs douloureux. 
La personne peut ne pas être prise au sérieux, l'entourage ayant peur de ne pas savoir comment réagir, peur de briser l'équilibre familial... Ce qui peut provoquer encore plus de colère, de dégoût, d'amertume et de baisse d'estime de soi de la personne victime de cette agression. Le manque de soutien, de présence et de réconfort renforce le sentiment de solitude et d'insécurité.

C'est pourquoi, pouvoir exprimer le traumatisme à quelqu'un d'extérieur à l'entourage peut se révéler dans certains cas, plus bénéfique.


Les apports de l'hypnose après un abus

L'hypnose va permettre d'installer de la distance entre la personne et son traumatisme, de créer une désensibilisation par rapport à l’événement pour s'en détacher. 
La personne apprend à prendre du recul, à sentir les angoisses disparaître, à retrouver un sentiment de sécurité intérieure, à gagner en sérénité et en confiance.
Il faut compter plusieurs séances pour pouvoir s'en détacher.

C'est avec plaisir d'échanger si vous avez la moindre question. Retrouvez toutes les informations sur l'hypnose ainsi que mes coordonnées sur www.hypnose-paris-10.com

Bien à vous,

Laurie Le Borgès
Hypnose Paris 10



Bibliographie 
- Allodocteurs lien
- Annuaire-hypnotherapie lien

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La crise d’angoisse

L' attaque de panique , l' angoisse ou la crise d'angoisse viennent définir la même chose : un malaise psychique lié à de l’inquiétude extrême, la peur d'un danger proche combiné à un sentiment d’impuissance. C'est un signal d'alarme . Mais par rapport à quoi ? La réponse n'est pas  toujours si évidente que cela. A ne pas confondre avec le stress, l'anxiété, le trouble anxieux, pour plus d'informations sur les différences, veuillez trouver l'article détaillé via ce lien : stress, anxiété, trouble anxieux Elle peut être une réaction à une peur importante ou bien "dans une période chargée émotionnellement ". Il peut s’agir  d’un mal-être, de  questionnements qui ne trouvent pas de réponses, ça peut être par rapport à l'avenir, à une rupture, à un licenciement, à  un changement de lieu de vie, de travail,  etc… il peut s'agir également d'une  accumulation d'émotions négatives et la dernière qui arriv

Trouble du sommeil, insomnie, cauchemar...

Comment se caractérise les troubles du sommeil ? Les troubles du sommeil, les insomnies peuvent se traduire de diverses façons : difficultés à s’endormir, réveils nocturnes prolongés ou réveils trop précoces ou encore des cauchemars … Ces troubles sont souvent liés au stress , à l'anxiété, à la nervosité... L’insomnie peut à long terme avoir des conséquences importantes sur le bien-être. En effet bien dormir est primordial afin de se sentir de bonne humeur , avoir de l' énergie et avoir une bonne santé sur le long terme. Durant le sommeil, plusieurs processus physiologiques sont à l'œuvre : les tissus du foie et des muscles se régénèrent, le système immunitaire se regénère également, la mémoire se renforce, etc... Le cerveau évacue les « déchets » grâce aux antioxydants. 2 types d’insomnie sont définies: - l’insomnie passagère : elle fait suite à une situation ponctuelle, en général, facilement identifiable : du stress au travail, une séparation, etc.. Ce

Les problèmes de peau

La peau est au contact de tout et est utilisée en continu dans notre vie quotidienne. Elle ressent tout, absorbe tout et capte tout afin d'informer notre cerveau. Elle est aussi bien l'enveloppe protectrice du corps que l'organe du sens et du toucher. C'est une barrière qui permet  de protéger et préserver l'organisme : elle protège des infections, des blessures, des rayons solaires...  Elle permet de savoir s'il y a un danger : lorsqu'on met la main sur une plaque brûlante, le message est envoyé directement à notre cerveau pour annoncer une douleur, signe de douleur et ainsi retirer rapidement notre main. Mais, elle permet aussi de recevoir les signes de tendresse ou encore de la douceur... c'est pourquoi beaucoup de personnes sont adeptes des massages car notre peau préfère les caresses.   Les découvertes sur les liens entre la peau et le cerveau sont récentes et les recherches sur le sujet se font au sein d’une même discipline : la