Accéder au contenu principal

Comment gérer les contrariétés ?

Nous sommes souvent confrontés à des contrariétés au quotidien : les choses que nous avons planifié ne se passent pas comme prévu, des imprévus désagréables surgissent...

Parfois, il ne s'agit pas de grand chose, et parfois c'est un cumul d'éléments désagréables qui peuvent nous plomber le moral.
Les pensées négatives arrivent, et empêchent de voir le bout, de se focaliser sur les éléments positifs de la journée.

gérer les contrariétés avec l'hypnose, Laurie Le Borgès, hypnotherapeute Paris 10, hypnose paris 10

Une partie des contrariétés ne peut pas être contrôlée tandis que l'autre partie peut l’être.

La partie des contrariétés non contrôlées

La vie nous réserve à tous son lot d'imprévus : un dossier compliqué qui se rajoute à la longue liste de taches à faire, notre belle-mère qui arrive à l'imprévu, notre fils qui vient de se faire une entorse....
On ne peut pas les contrôler. Par contre, on peut gérer la durée de cette contrariété et la manière dont on la perçoit.
Est-ce qu'on laisse cette contrariété nous rongé de l'intérieur pendant une très longue durée ou est-ce qu'on apprend à la laisser partir ?
Est-ce qu'à chaque contrariété on considère que c'est la fin du monde ou peut-on apprendre à relativiser ?

La partie des contrariétés contrôlables

D'autres contrariétés peuvent être évitées, notamment une partie qui touchent les relations sociales. En effet, en étant sous le coup d'une émotion désagréable, en se laissant absorbée par ces contrariétés, nous ne réagissons pas de la même manière qu'en ayant appris à ne pas les laisser nous envahir et nous faire du mal. Nous pouvons réagir plus sur la défensive, de manière plus agressive, ou bien moins convaincue, convaincante, moins percutante et donc générer des relations qui peuvent être plus tendues et dont on ne profite pas des choses agréables qui pourraient y avoir à partager avec ces personnes. 
Notre comportement a une influence sur le comportement des autres.

Les causes 

Beaucoup de personnes ont l'habitude d'associer les expériences négatives à des ressentis comme la perte de quelque chose, le sentiment d’être en danger ou la sensation d’être vulnérable. 
Le rôle premier au plan biologique des éléments négatifs est d'apprendre à nous protéger, à nous préserver. 
En se focalisant sur le négatif, une partie de nous espère pouvoir s'en protéger la prochaine fois que cela arrive. Seulement, au lieu de se protéger, nous nous programmons à nous concentrer sur le négatif. Les choses positives deviennent plus difficiles à remarquer et donc à en profiter.
Nous nous mettons à passer les événements sous le filtre de l'émotion désagréable : colère, peur, tristesse,...

Comment faire pour modifier le schéma de pensées négatif ?

Plusieurs éléments peuvent vous apporter une aide :
- prenez quelques instants
Après un événement désagréable, prenez quelque instant pour respirer, pour poser de nouveau votre esprit. Le fait de prendre ce laps de temps permet de se poser pour penser plus calmement et commencer à prendre un peu plus de recul. 
- apprenez à reconnaître vos émotions et à les accepter. Votre conjoint vous a mis en colère, votre fille vous a fait une frayeur, vous êtes agacé par votre boss ... il est bien de l'admettre.
- demandez-vous si vous avez raison de ressentir ces émotions. Il arrive parfois qu'on soit fatigué(e), tendu(e) par autre chose et qu'on s'emporte alors que ce n'est pas forcément justifié, la situation est peut être mal interprétée. 
Si par contre, en vous concentrant sur les faits, les émotions sont réellement justifiées, ressentir une contrariété est tout à fait normal. L'exprimer d'une manière ou d'une autre est important pour pouvoir les extérioriser. 
Par contre, si vous souhaitez que votre message soit entendu et écouté, dans un bon nombre de situations, les exprimer le plus calmement possible sera le plus efficace.
- apprenez à entraîner votre esprit à voir le coté positif aussi. Au début, il s'agit d'un effort à faire pour des petites choses du quotidien. Notez les choses positives et uniquement les positives qui sont arrivées dans la journée et en cherchant (bien), vous en trouverez forcément.
- et pour aller plus loin, imaginez-vous des scènes agréables. Prenez le temps d'imaginer des moments agréables, qui font du bien. Certaines personnes apprécient prendre un petit peu plus de temps pour elles, pour se poser.
- observez-vous. Est-ce passager ou est-ce quelque chose de plus profond ? Nous avons tous des moments plus sujet aux contrariétés tant que ceux ci ne génèrent pas un mal être fréquent ou intense, jusqu'à devenir problématique dans votre vie professionnelle ou personnelle.


Si vous souhaitez aller plus loin sur le sujet, vous pouvez vous référer à l'article sur broyer du noir.

Si vous ressentez le besoin d’être aidé pour apprendre à vous détacher du poids des contrariétés, l'apport d'un thérapeute comme un psychologue, un sophrologue, un hypnothérapeute... peut se révéler très utile. Pour savoir comment choisir sa thérapie.

C'est avec plaisir d'échanger si vous avez la moindre question. Retrouvez toutes les informations sur l'hypnose ainsi que mes coordonnées sur www.hypnose-paris-10.com

Bien à vous,
Laurie Le Borgès
Hypnose Paris 10



Bibliographie
- Huffingtonpost lien
- Neobienetre lien

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La crise d’angoisse

L' attaque de panique , l' angoisse ou la crise d'angoisse viennent définir la même chose : un malaise psychique lié à de l’inquiétude extrême, la peur d'un danger proche combiné à un sentiment d’impuissance. C'est un signal d'alarme . Mais par rapport à quoi ? La réponse n'est pas  toujours si évidente que cela. A ne pas confondre avec le stress, l'anxiété, le trouble anxieux, pour plus d'informations sur les différences, veuillez trouver l'article détaillé via ce lien : stress, anxiété, trouble anxieux Elle peut être une réaction à une peur importante ou bien "dans une période chargée émotionnellement ". Il peut s’agir  d’un mal-être, de  questionnements qui ne trouvent pas de réponses, ça peut être par rapport à l'avenir, à une rupture, à un licenciement, à  un changement de lieu de vie, de travail,  etc… il peut s'agir également d'une  accumulation d'émotions négatives et la dernière qui arriv

Trouble du sommeil, insomnie, cauchemar...

Comment se caractérise les troubles du sommeil ? Les troubles du sommeil, les insomnies peuvent se traduire de diverses façons : difficultés à s’endormir, réveils nocturnes prolongés ou réveils trop précoces ou encore des cauchemars … Ces troubles sont souvent liés au stress , à l'anxiété, à la nervosité... L’insomnie peut à long terme avoir des conséquences importantes sur le bien-être. En effet bien dormir est primordial afin de se sentir de bonne humeur , avoir de l' énergie et avoir une bonne santé sur le long terme. Durant le sommeil, plusieurs processus physiologiques sont à l'œuvre : les tissus du foie et des muscles se régénèrent, le système immunitaire se regénère également, la mémoire se renforce, etc... Le cerveau évacue les « déchets » grâce aux antioxydants. 2 types d’insomnie sont définies: - l’insomnie passagère : elle fait suite à une situation ponctuelle, en général, facilement identifiable : du stress au travail, une séparation, etc.. Ce

Les problèmes de peau

La peau est au contact de tout et est utilisée en continu dans notre vie quotidienne. Elle ressent tout, absorbe tout et capte tout afin d'informer notre cerveau. Elle est aussi bien l'enveloppe protectrice du corps que l'organe du sens et du toucher. C'est une barrière qui permet  de protéger et préserver l'organisme : elle protège des infections, des blessures, des rayons solaires...  Elle permet de savoir s'il y a un danger : lorsqu'on met la main sur une plaque brûlante, le message est envoyé directement à notre cerveau pour annoncer une douleur, signe de douleur et ainsi retirer rapidement notre main. Mais, elle permet aussi de recevoir les signes de tendresse ou encore de la douceur... c'est pourquoi beaucoup de personnes sont adeptes des massages car notre peau préfère les caresses.   Les découvertes sur les liens entre la peau et le cerveau sont récentes et les recherches sur le sujet se font au sein d’une même discipline : la