Accéder au contenu principal

La culpabilité

Le sentiment de culpabilité peut se traduire par un mélange entre de l'agitation, de la nervosité, de la colère, quelque chose de profondément désagréable.
Elle vient d'un jugement qui se traduit par une forme de sermon, de punition pour ne pas avoir fait, dit les choses comme il le fallait. 
Ce sentiment n'est pas forcément mauvais malgré qu'il soit douloureux. La culpabilité permet de se rendre compte de ses propres valeurs, du moment  on les dépassent et de rectifier le tir, si nécessaire. C'est une sentiment permettant de se construire, de développer l'empathie et ainsi un meilleur rapport aux autres.
culpabilité et l'aide de l'hypnose, Laurie Le Borgès, hypnotherapeute Paris 10, hypnose paris 10

Mais ce sentiment peut être pour certains néfaste sur du long terme. Une sensation de porter un poids, une boule au ventre/dans la gorge, une honte, certains parlent d'un boulet qu'il se traîne, d'une page qui ne veut pas se tourner, d'autres de leur petite voix interne qui les critique constamment ou encore d'avoir cette impression d'avoir un petit ange d'un coté et d'un petit démon de l'autre... 
Et pour certains, ce sentiment peut se ressentir dans pleins de domaines de leur vie, beaucoup de choses deviennent sujet à se sentir coupable. On entend très régulièrement de la part de personne portant le poids de la culpabilité des phrases comme : 
- "c'est ma faute",
- "je n'aurais pas du dire ça comme ça ou faire ça comme ça", 
- "qu'est-ce qu'il (ou elle) va penser de moi maintenant", 
- "je ne dois pas faire ça, ce n'est pas bien", 
- "je ne peux pas m'autoriser à être naturelle" 
- "on ne va pas m'apprécier, m'aimer comme je suis" etc...

Le sentiment de culpabilité est souvent associé au sentiment de regrets, de dévalorisation, et du regard, du jugement des autres et de soi même (voir l'article Peur du jugement des autres).

Or, la frontière entre ce qui est bien et pas bien de son point de vue et de celui des autres n'est pas forcément la même. Difficile parfois quand la confiance en soi n'y est pas de se retrouver entre ses propres valeurs et celles des autres. 

Ce sentiment peut aussi être une fuite de la réalité ainsi qu'une idéalisation de soi, "j'aurai aimé que les choses soient autrement, que je sois parfait(e)". 


Pourquoi ressentons nous de la culpabilité ?

Régulièrement, la culpabilité a une utilité (et oui aussi étonnant que ça puisse parfois paraître ;).
Elle attire l'attention vers quelque chose qui ne va pas et dont on ne prêterait pas attention si  cette culpabilité n'était pas présente. La culpabilité peut nous permettre de nous remettre en question, d'apprendre et ainsi d'évoluer.

Jusqu’où cela peut aller ?

Certaines personnes vivent très bien avec et s'en accommodent. 
D'autres apprennent à mieux la comprendre, à mieux écouter ce qu’elles donnent comme information précieuse pour nous faire avancer.
D'autres encore le vivent mal, voire très mal : renfermement, susceptibilité exacerbée, sentiment de peur, d'angoisse très présent...
Certains portent même le poids de la culpabilité d'autres personnes : leur entourage proche, leur famille...

Mais ça peut aussi se transformer en échec que l'on s'impose à soi même puisque on n'a pas le droit, ce n'est pas bien, on n'est pas capable, on ne mérite donc pas de réussir.

Et quand c'est tellement profond,ça peut aller jusqu'à développer une somatisation de la culpabilité et se rendre malade au sens propre comme au sens figuré.

La culpabilité peut prendre de grandes proportions également quand les personnes proches l'emploient, par exemple :
- au travail : un supérieur qui met en avant que les points négatifs, qui dévalorise...
- dans le couple : un conjoint qui fait régulièrement des reproches moralisateurs...
- avec les enfants, qui vous accusent de ne pas être comme telle mère ou tel père, de ne pas répondre à tous leurs caprices...
- avec les parents, qui peuvent par exemple insinuer que vous avez passé pas assez de temps avec eux, qu'ils auraient aimé une autre carrière professionnelle pour vous, un autre conjoint...
- avec les amis : un ami qui est toujours dans le besoin et fait constamment appel à vous en jouant sur le plan émotionnel...

Que peut-on faire ?

Apprendre à écouter et accueillir le message que la culpabilité porte en elle. Apprendre à reconnaître cette partie de nous qui engendre cette culpabilité parce qu'elle est, à l'origine, porteuse d'un message avec une intention positive. Elle porte l'attention sur quelque chose en désaccord avec nous même et donne des indications sur ce que vous aimeriez à la place. Et au fur et à mesure que vous regarder les choses sous un autre angle, en défocalisant l'attention de ce que vous ne voulez pas pour la rediriger vers ce que vous voulez, vous entamez déjà le processus de changement !

Mais si la culpabilité est trop forte et difficile à gérer seul(e), une aide extérieure peut vous permettre d'avancer autrement. 

Quelle aide extérieure ? 

Les psychothérapies classiques, les thérapies cognitivo-comportementales, l'hypnose... peuvent apporter une aide. 
L'hypnose permet de travailler pour apprivoiser sa culpabilité et apprendre au fur et à mesure à modifier les mécanismes internes enclenchés par le sentiment de culpabilité. Ces mêmes mécanismes qui nous échappent habituellement dans un état conscient. 

Pour obtenir plus d'informations : www.hypnose-paris-10.com
Bien à vous,
Laurie Le Borgès
Hypnose Paris 10

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Gérer ses émotions - Episode 2

Gérer ses émotions n'est pas pour tous une tache aisée au quotidien.On peut avoir le sentiment d’être dans le flux continu du rythme de la vie, sans arriver à se poser, parfois emporté par le flux des émotions qui vont et viennent... colère, tristesse, peur, mais aussi de la joie ! :) 
Petit rappel de l'épisode 1 sur la gestion des émotions Vous avez pu voir dans le premier épisode de cette série d'articles consacrée à la gestion des émotions, comment repérer les émotions qui sont présentes et comment elles se manifestent dans votre corps (le lien de l'article : Gérer ses émotions - épisode 1). Cette toute première étape qui est primordiale et permet d’arrêter de fuir ou de rejeter ces émotions (qui honnêtement si ça fonctionnait, ça se saurait ;) 
Cette étape primordiale que nous avons précédemment vu est donc d'en prendre conscience et d'accepter la présence de nos ressentis et de nos émotions. Sans ces éléments, il est souvent difficile voir impossible de pouv…

Les différents types d'intelligence

Les différents types d'intelligence selon Howard Gardner
Howard Gardner est un psychologue, professeur en cognition et éducation à la Harvard Graduate School of Education. Sa théorie validée par de nombreux chercheurs repose sur la distinction de 9 types d’intelligences différentes.




Il met en avant que la définition de l'intelligence est variable en fonction de l’époque et de la société. Chaque individu dispose à sa naissance d’un groupe d’intelligences, dont chacun se développera selon un rythme qui lui est propre. L’apparition de certaines intelligences est manifeste dès le jeune âge, d’autres, comme les intelligences personnelles mettent plus de temps à mûrir. Le plus souvent la personne possède plusieurs types d'intelligence et une intelligence a tendance à dominer. C’est à partir de cette dominante que la personne appréhende le monde, ce qui explique la différenciation des humains. 


Les différents types d'intelligence1. L’intelligence logico-mathématiqueC'est la …

Gérer ses émotions - Episode 1

De quoi va t-on parler ?De nos émotions !
Nous sommes tous sujets à diverses émotions qui ponctuent notre quotidien. La plupart d'entre elles sont utiles et évoluent.
Les périodes qui viennent de s'écouler n'ont pas forcément aider à ce que nos émotions soient agréables. Le confinement et le contexte incertain amplifient les désordres anxieux et peuvent provoquer des symptômes tels que de l'irritabilité, des insomnies, des difficultés de concentration, le sentiment d'indécision, la résignation… Chacun est confronté à de nombreuses sources de stress dans un contexte inconnu : la peur de l’infection pour soi même et ses proches, le manque d'informations claire et fiable associé à la désinformation, la frustration, l’ennui, la solitude…



Et c’est normal !  Ne pas se sentir en pleine forme, ressentir des émotions désagréables, de l’anxiété, de l’impuissance, de la colère, de la tristesse... C'est normal.
Nos habitudes, nos repères sont chamboulés, de nouveaux ont du…